Cadence ralentie et travail serein

Posté par le 18 Jan 2019 dans Actualité, Écriture, Traduction | 0 commentaire

La douceur est encore de mise cette semaine. À croire que mes clients jeu vidéo et marketing m’ont oubliée, mais c’est là le lot de tout indépendant : gérer les hauts et les bas, le trop-plein et la pénurie. Quoi qu’il en soit, parmi les choses faites cette semaine :

 

Traduction

  • Bien avancé sur le roman de SF indienne, et même un peu plus que prévu. L’enthousiasme des commencements est bien là. Je commence à trouver la « voix » du roman, la distance idéale par rapport au texte source. Toujours autant de recherches à faire, ou bien pour la finesse du vocabulaire employé ou bien pour les mentions de faits historiques, comme la révolte des cipayes de 1857. Si vous cherchez un métier où l’on apprend des choses tous les jours, la traduction est décidément un bon choix.
  • Poursuivi également ma relecture de la dernière nouvelle de fantasy historique. De façon assez amusante, je retrouve dans le roman de SF quelques références qui se retrouvent également dans les nouvelles d’Harold Lamb (comme Kurukshetra). Sérendipité traductive.
  • Et la bonne nouvelle de la semaine : parution de deux ouvrages Minecraft aux éditions 404 traduits par des membres du Collectif 1Up 🙂 Celui sur les Parcs d’attractions est traduit par notre Sorcière verte préférée, et celui sur les Villes par l’humble rédactrice de ces lignes.

 

 

 

Écriture

  • Je reprends donc une pratique de l’écriture plus assidue. Cette semaine, j’ai noté le « défi sablier » de Samantha Bailly qui m’a l’air d’être une excellente idée à mettre en pratique à un moment ou un autre d’un projet.
  • Dans l’immédiat, j’ai commencé à reprendre mon texte du NaNo et sans surprise, c’est loin d’être parfait, mais pas aussi catastrophique que ce à quoi je m’attendais…

  • J’en parlais la semaine dernière, je m’essaye donc aux notes de lecture cette année. J’ai commencé cette semaine avec une note sur L’Homme gribouillé, une bonne lecture BD à mon sens. Je ne sais pas vous, mais de mon côté, il peut m’arriver en fin de journée d’en avoir plus qu’assez d’avoir des lignes de texte sous les yeux. Mon remède dans ces cas-là : une bonne bande dessinée.

 

Agenda

 

 

Liens du moment

  • Au fil de mes pérégrinations webesques, j’ai relevé cet article chez l’éditeur ovin qui laisse la parole à Luc Lavayssière, le traducteur d’Un Âge de cristal de W. H. Hudson, à paraître fin janvier

Ce qui m’a de fil en aiguille conduite à ces articles un peu plus anciens, mais pas périmés pour autant. Il s’agit d’interviews de Jacques Collin qui a traduit le phénomène Anatèm de Neal Stephenson aux éditions Albin Michel Imaginaire. La première est ici, et la seconde :

Anatèm : un défi de traducteur

C’est toujours un plaisir de voir les traducteurs mis en avant de la sorte. #LesTraducteursExistent

Merci de m’avoir lue jusqu’ici, bonne semaine !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.